Gouverner une société complexe

Gouverner une société complexe - raison-publique.fr

Extrait choisi :

"La supervision amplifie la différence entre la perspective interne et la perspective externe en faisant intervenir une troisième vision, celle du superviseur. Le croisement des perspectives d’observation, d’information et de communication rendu ainsi possible enrichit l’ensemble des critères pertinents pour la décision et conduit les agents à s’interroger sur celles de leurs actions qui mettent en danger un bien collectif. L’objectif est ici de mettre en place des compatibilités entre différents jeux de langage. Dans les sociétés complexes également, l’ordre tient à la grammaire régissant le transfert des informations compréhensibles. Ces règles de transfert permettent de construire des procédures grâce auxquelles un système devient compréhensible pour un autre et peut obtenir des informations compréhensibles provenant d’autres systèmes. On parvient ainsi à obtenir un ensemble de conditions minimales de compatibilité réciproque. Les règles de transfert sont chargées de réduire, au moins de manière ponctuelle et progressive, la cécité relative aux conditions d’action des autres systèmes, qui est une conséquence de l’autoréférentialité propre à chacun d’eux. La supervision cherche à renforcer la capacité d’observation en multipliant les perspectives. Elle doit agir comme un processus de réflexion permettant de mettre en lumière et de prouver la contingence des zones de cécité et rétrécissements de points de vue qui affectent, dans tout système fonctionnel, les processus de décision "

Ce texte est à lire en intégralité ! Vraiment ! :-) [ Source : @Lucie_Pearson sur twitter]

A lire en parallèle : Voyage dans l’innovation sociale scandinave (3/3) : De la micro-expérimentation à la macro-transformation

Commentaires