Engrenage systémique : cet attracteur étrange qui génère crises et bulles

Bon OK, les vidéos que je cite dans cet article sont excessives...Elles utilisent les mêmes techniques de propagande que ceux qu'elles dénoncent...N'empêche que sur le fond, il y a matière à réfléchir en terme de problématique !

  • Les Banques Centrales Esclavagistes



Je reprends l'idée principale de la vidéo :
" Il est essentiel de comprendre que la structure entière de ce système ne peut produire qu'un seul effet sur le long terme : l'endettement. Désormais il n'est pas bien difficile de comprendre leur arnaque. Chaque dollar produit par la banque centrale est prête avec intérêt. Autrement dit chaque dollar produit est réellement un dollar + un certain pourcentage de dette sur ce même dollar. Et puisque la banque centrale a la monopole de la production de monnaie pour le pays entier et qu'elle prête chaque dollar avec une dette associée, d'où vient l'argent servant à payer cette dette ? Encore une fois, il ne peut venir que de la banque centrale...ce qui signifie que la banque centrale doit en permanence augmenter sa quantité d'argent pour couvrir la dette extraordinaire ainsi créée qui à son tour, puisque cet argent est également emprunté avec intérêt, génère encore plus de dettes ! Le résultat final de ce système infaillible est l'esclavage car il est impossible pour le gouvernement et le public de sortir un jour de cette dette auto-générée !"


Ces vidéos mettent en lumière toujours le même "modèle" de dérive : on crée un dispositif dont le processus "ope-rationnel" (dette, consommation etc...) devient sa propre finalité. Il génère une boucle d'auto-entretien qui ferme le système en le déconnectant de son environnement (noloops) et provoque des phénomènes d'emballement et d'appauvrissement de la masse au profit de quelques uns! Un peu comme ces cellules cancéreuses qui se multiplient de façon anarchique en devenant insensibles aux signaux qui normalement déclenchent leur mort ou régulent leur prolifération ...

En y réfléchissant bien, il me semble que le design de Google est en train de suivre cette pente : La survie de Google dépend essentiellement de l'ouverture de nouveaux comptes. Le capital sémantique lié à la gestion de nouveaux comptes et traces globales associées, détermine la capacité des algorithmes à chercher du sens : la sémantique crée de la sémantique : "By adding together every timestream on the net — including the private lifestreams that are just beginning to emerge — into a single flood of data, we get the worldstream: a way to picture the cybersphere as a whole." http://www.wired.com/opinion/2013/02/the-end-of-the-web-computers-and-search-as-we-know-it/ Google a besoin de créer de nouvelles applications pour entretenir sa pyramide de ponzi. Le volume statistique exponentiel est "sensé lisser les  erreurs singulières" et déterminer/anticiper le vrai, sauf que éthiquement et "catégoriquement :-)"  parlant ça peut sévèrement faire plouf en cascade http://florencemeichel.blogspot.co.uk/2014/04/mathematiques-appliquees-et.html
 
Je suis de plus en plus convaincue que ces processus en boucles progressivement découplées du réel forment un attracteur étrange qui est à l'origine de multiples bulles, crises et drames à différentes échelles.

Partant de là, le terme de capitalisme cognitif employé par certains devraient nous faire réfléchir...si le projet est de maintenir ces boucles d'asservissement en ne changeant que les domaines auxquels elles s'appliquent qu'aurons-nous gagné ? Rien...ce sera même pire dans la mesure ou cette fois c'est l'indexation totale de l'homme qui est visée ! Et quand je lis, "L'économie de l'immatériel marque ainsi, en un sens, l'expulsion progressive du potentiel par le virtuel. Raison pour laquelle elle se met en place par » bulles » .", je me dis que je ne suis pas la seule à le penser ...

Pour sortir de ces boucles de mise sous dépendance, nous avons besoin, sur un plan individuel et collectif, de prendre conscience et de repérer ces processus qui nous échappent la plupart du temps (besoin de méta-réflexion) car trop de gens ont intérêt (le leur) a ce qu'ils restent opaques. Des régulations constructives restent possibles pour ceux et celles qui auront  développé une compréhension globale de ces processus et qui seront en mesure d'agir et d'influencer vers un système de valeurs qui fait sens pour eux !

Exemples de "métastases systémiques"
- Les algorithmes ont-ils pris le contrôle des marchés financiers?
- Le trading haute fréquence
- Comment les banques affament le monde


NB Quand j'évoque l'idée de cancérisation, c'est a titre de métaphore pour expliquer le dégénérescence d'un processus. Pour autant, je n'en fais pas une philosophie, encore moins un prétexte pour justifier la mise en œuvre de biopouvoirs (Foucault)http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2008/05/16/la-medecine-comme-forme-de-bio-pouvoir-et-technique-de-contr.html : je reste au contraire très critique et lucide sur ces questions.

A lire en parallèle
-  Perspectives sur notre société : réflexions d’Ivan Illich et Hannah Arendt, par Olivier D
- "It is almost like an auto-immune disease, where the systems they created to make it more resilient actually spread the failure more rapidly." http://www.theguardian.com/technology/2013/aug/23/nasdaq-crash-data?CMP=twt_gu
- Le grand n’importe quoi de la Bourse chinoise http://www.capital.fr/bourse/actualites/le-grand-n-importe-quoi-de-la-bourse-chinoise-1053042
"Des techniques utilisées par les traders
Malgré leur faible connaissance de la finance ou des entreprises, les investisseurs chinois utilisent des techniques utilisées par les traders, particulièrement risquées. Une transaction sur cinq serait même réalisée à découvert, c’est-à-dire en empruntant des fonds auprès des courtiers pour pouvoir acheter des actions. Selon Le Monde, la dette associée à ces opérations a doublé en moins de 6 mois pour dépasser 2.000 milliards de yuans (300 milliards d’euros). Les petits porteurs utilisent aussi des effets de levier permettant de multiplier les gains… mais aussi les pertes. En un an, le montant des positions ouvertes chez les courtiers a été multiplié par 5 pour atteindre 370 milliards de dollars, soit 3,5% du PIB chinois. Enfin, la participation aux introductions en Bourse est devenue banale dans les maisons chinoises, avec l’arrivée d’une multitude de sociétés internet, dont les actions - intentionnellement sous-évaluées pour attirer les petits porteurs - ont aussitôt décollé de manière spectaculaire.
Un Etat complètement dépassé
Face à un système qui a trop bien fonctionné, le pouvoir central a tenté de faire ralentir la Bourse en douceur, en vain. En multipliant les annonces contradictoires, Pékin risque actuellement de faire éclater la bulle qu’il a lui même créée."
- « Nous franchissons le mur du temps »
- Attracteur étrange en forme de course au temps http://florencemeichel.blogspot.co.uk/2011/11/attracteur-etrange-en-forme-de-temps.html


                ___________________________________________________________



MAJ du 2 juin 2011 : la vie nue, comme contexte opérationnel de la prochaine bulle ?



Prise de notes :

Aujourd'hui la déterritorialisation est vécue comme quelque chose de très positif...certains cherchent a casser les sur-déterminations qui empêchent que nous "allions de l'avant" mais sans trop préciser la nature de cet "en avant" : c'est le point aveugle total...tout ce qui empêche d'aller vers l'avant, il faut pouvoir le balayer. Il y a une construction et une apologie de la nouveauté. Dire tout est possible relève du paradoxe destructeur, cela revient a dire rien n'est réel. La deterritorialisation est tellement totale et absolue qu'on ne sait plus quoi faire, comment faire...

L'homme sans qualité (rejoint l'éloge de la fadeur / immanence de Francois Jullien) c'est l'idée que tout a coup. on passe a un monde émancipé de tout territoire, de toutes racines, de toute déterminations, de toute longues durées et on accède au monde table rase dans lequel on peut greffer, coller des qualités (normes?) : c'est un constructivisme triomphant et normatif qui va servir de trame a l'amélioration humaine.

Améliorer la condition humaine pose la question de sa nature. La condition humaine c'est une alliance, une articulation de l'espèce et de sa culture avec son environnement, les autres animaux. la condition humaine est une sorte d'accommodation, un agencement, une certaine harmonie qui puisse perdurer malgré les changements.(clôture opérationnelle - poiesis - Varela)

La science et la technique, dans leur auto-développement vont produire de la normativité. A l'intérieur de la rationalité scientifique, on doit donc se poser la question : quels sont les principes organiques qui fonctionnent comme des attracteurs étranges et qui sont entrain de produire des pertes irréparables ?

MAJ du 16 septembre 2013 : -  Miguel Benasayag - UNESCO Philosophie 2012 : Conférence interessante sur, entre autre, notre rapport au temps et sur l'impact du temps immédiat en tant que court-circuit des processus longs  d'individuation/transindividuation. En particulier a 1h48min16s : besoin démocratique de créer les conditions de connaissance de type méta (niveau2) pour que chacun puisse voter en toute conscience. http://youtu.be/xPP02ngqzWg

Commentaires