L'enseignement de l'auto-protection ; ce gros mensonge

L'auto-protection de la vie privée bientôt enseignée à l'école ? - Numerama

J'enrage en lisant ce projet de proposition de loi : "Très symbolique, le premier article de la loi prévoit d'inscrire au code de l'éducation l'obligation pour les élèves de recevoir une information sur les risques liés aux usages d'Internet et des téléphones mobiles. Non seulement au regard du piratage comme l'a imposé la loi Hadopi, mais aussi "au regard de la protection des données personnelles et, plus généralement, du droit à la vie privée". Les élèves devront être notamment "informés des dangers de l'exposition de soi et d'autrui lorsqu'ils utilisent des services de communication au public en ligne"

Or il y un problème majeur dans cette approche

L'auto-protection DURABLE implique de devenir autonome...et par essence l'autonomie ne peut pas être enseignée puisque l'enseignement crée une dépendance au maitre...
L'enseignement n'est pas une solution de protection durable....il est nécessaire pour chacun d'apprendre en actes et au delà d'apprendre à apprendre...cela peut nécessiter un accompagnement mais pas un enseignement !
Appréhender le numérique avec des modèles éducatifs dépassés et non pertinents présente un gros danger...celui de compromettre l'avenir des enfants...ici on ne parle plus d'élèves !
Pour apprendre le numérique à l'école, il va falloir investir des espaces comme les réseaux sociaux : ça ne pourra pas se faire derrière un powerpoint !

Je crois que ce projet de loi ne vise pas l'éducation...L'allusion au statut de l'adresses IP donne déjà un élément de réponse ! On se sert encore une fois de l'éducation comme prétexte pour d'autres fins !

Commentaires

Anonyme a dit…
Pourquoi s'insurger sur le terme d'autonomie ?
Les grands penseurs de ce monde (qui sont autonome) ont tous eu un maîtres. Cela ne les a pas empecher de se liberer par la suite et d'aprendre à apprendre.
Certes cette loi ne fera pas avancer l'éducation. La fraction de la population pouvant réfléchir librement, en se détachant du système est assez limité malheureusement. Ce serait donner trop d'importance a cette loi que de vouloir apprendre la réel autonomie aux élèves.
Au contraire, rejouissons nous que le gouvernement embrace le numérique plutôt que de le marginaliser !
florence Meichel a dit…
Vous m'avez mal comprise...je ne m'insurge pas contre l'autonomie...au contraire...je cherche et trouve comment la developper...mais cela suppose d'autres processus d'apprentissages que ceux que nous connaissons aujourd'hui...et cette loi ne va pas dans le bon sens, elle ne vise pas l'autonomie mais le contrôle renforcé et la mise sous dependance...sans le dire bien sur...comme d'habitude...Il est necessaire de lire entre lignes !
Le monde change sous l'implusion du numerique et cela suppose des changements de paradigmes majeurs...y compris et surtout dans l'education...et si la fraction de gens capables de reflechir librement est si faible, l'ecole a sa part de responsabilites dans ce constat (lire Illich et ranciere)...les enjeux d'avenir et les questions ethiques que nous aurons ne nous laissent pas le choix : l'autonomie devient une question de survie et il faut que nous donnions les moyens de la developper !

Embrasser le numerique OUI mais de facon pertinente !
Dominique Rabeuf a dit…
De l' Instruction Publique on est passé à l' Education Nationale. Avant que les modalités n'atteignent le bas clergé de la Grande Institution tous les gamins même analphabètes sauront déposer la photographie de la maîtresse d'école à poil sur Face de Biquette
florence Meichel a dit…
oui il faut compter sur leur geni tu as raison, Dominique, je ne l'oublie pas ! :-)simplement ce serait tellement plus porteur de l'amplifier et de l'accompagner plutôt que chercher a l'empêcher ! juste ca ! :-)