Bulles surréalistes et singularité

http://pixabay.com/
En lisant l'article de wikipedia sur la crise des subprimes, je ne peux m'empêcher de penser aux bulles internet et à leurs petites mécaniques !

Ces emballements systémiques reposent à mon sens sur une perte de valeurs : plus rien ne repose plus sur rien de concret, tangible...et à partir de là la machine s'affole et s'emballe...la question que je me pose c'est pourquoi, à aucun moment avant, rien ne vient réguler le système...qu'est-ce qui fait fait défaillance à ce niveau là...un peu comme ce que je décrivais à propos du web des objets et de la vie privée sur internetactu l'autre jour :

"Ce n’est pas la première fois que je lis ce genre de choses :
““Plutôt que d’essayer de définir la vie privée pour tous, la société devrait donner aux individus les outils pour contrôler l’utilisation et la propagation de leurs données. L’équilibre entre le secret et la divulgation dépend des préférences de chacun, mais la nécessité pour les outils et les lois d’appliquer ces préférences est générale”.

Pourquoi cette marche forcée alors que l’on connait une solution possible et que l’on sait que l’outil n’existe pas encore…on dirait un train lancé à pleine vitesse qui va droit dans le mur…et la seule réaction des gens, c’est de s’accrocher désespérément aux sièges en attendant l’impact !"

L'explication se situe sans doute ici, comme le fait remarquer olivier Ertscheid : "“Concernant le web sémantique, (…) pour pouvoir extraire cette sémantique, il (leur) faut d’immeeeeeeenses gisements de données textuelles. GBS ?"...là comme ailleurs le business est roi et rien ne doit l'entraver !

Un monde sans valeurs autres que l'argent pour l'argent, le pouvoir pour le pouvoir devient fou et il s'autodétruit de lui-même, entraînant avec lui ses acteurs ! Le principe opérationnel du système devient alors son propre sens  sa propre finalité et génère des processus d'engrenages et de boucles catalytiques ! 
 "Nous vivons dans une civilisation caractérisée par le renversement des fins et des moyens. Pour Simone Weil, c'était là la "folie fondamentale qui rend compte de tout ce qu'il y d'insensé et de sanglant" dans l'histoire. Ce renversement vient selon elle de la recherche continue du pouvoir, qui est essentiellement impuissante à se saisir de son objet, et qui se condamne à se prendre elle-même pour seule fin. (...) Ce renversement des fins et des moyens s'étend à presque tout. Les savants ne mettent pas la science au service d'une pensée souveraine, ils s'enrôlent dans l'armée anonyme des serviteurs et des adorateurs de la science constituée. L'industrie ne se met pas au service des véritables besoins des hommes, ce sont les hommes qui doivent se mettre au service de la logique industrielle de leur époque. L'argent n'est plus depuis longtemps un procédé commode pour échanger des produits ou des services, ce sont les produits et les services qui servent à faire circuler l'argent, selon des modalités de plus en plus spéculatives, dématérialisées, désincarnées, virtualisées... Les signes et les mots, les modèles et les métaphores, l'argent et les instruments financiers font désormais fonction de "réalités" qui semblent plus "réelles" que les choses réelles qu'elles sont censées symboliser. Ces purs signes forment en effet la matière des rapports sociaux, qui se structurent par le moyen de ces fictions irréfutables. Les signes ne sont certes pas toujours seulement des simulacres, mais ils ne resteront jamais que des moyens. Le problème, c'est qu'ils sont devenus des fins, et que ce sont les hommes qui sont devenus des moyens." http://ciret-transdisciplinarity.org/bulletin/b7et8c3.php
==> (exp http://www.theguardian.com/technology/2013/aug/23/nasdaq-crash-data?CMP=twt_gu )

Et à bien y réfléchir, je me demande si ça n'a pas quelque chose à voir avec le niveau de granulométrie : trop réduit il finit par perdre sens (plus en prise avec le réel)...ce qui fait une différence d'ailleurs entre mon approche des singularités axées sur le vivant et celle décrite par Rémi ! La dérégulation du système pourrait s'articuler sur une perte de couplage avec l'environnement liée à une diminution de granulométrie poussée à l'extrême ?

A développer !

Ben au moins on sait sur quoi on doit travailler...entre autre...et vite !


A lire en parallèle :
- Engrenage systémique :  cet attracteur étrange qui génère crise et bulle http://florencemeichel.blogspot.com/2009/12/engrenage-systemique-cet-attracteur.html
- Perspectives sur notre société : réflexions d’Ivan Illich et Hannah Arendt, par Olivier D 
"Illich ne rejette pas l’hétéronomie, mais souligne que les systèmes, en atteignant une taille critique, se perdent entre les moyens et les fins, et deviennent contre-productif." 
- L'idéal ascétique de LA singularité http://florencemeichel.blogspot.co.uk/2008/09/lidal-asctiqure-de-la-singularit.html
- Du big now a l’éternel présent : "There’s no time for context, only for crisis management. (...) Ainsi le “big Now” n’est pas du tout un vertueux avatar du “choc du futur” accompli en un présent qui entérine certaines des promesses du futur qu’on nous annonçait dans un sens effectivement vertueux, mais au contraire le complet blocage de l’intégration d’un futur qui a perdu nécessairement toutes ses vertus, dans un présent qui devient une prison cadenassant la politique (l’action-sapiens) dans une complète “impuissance de la puissance” engendrant paralysie et sur-place. (...) le “big Now” servirait à paralyser complètement sapiens et son programme-Système pour laisser le champ libre, ou place nette dira-t-on plus loin, à la dimension métahistorique hors sapiens-Système, qui serait la véritable substance du “big Now”. " http://www.dedefensa.org/article-du_big_now_l_l_ternel_pr_sent__29_01_2014.html

Commentaires

PSICO a dit…
...engrenages "cataclysmiques" ... peut-être, non?
Au moins, on rigole en attendant l'impact ;-)
florence Meichel a dit…
Pourtant c'est pas drôle ! :-)...maitre psico aurait-il des idées ?
florence Meichel a dit…
Mais je pense que c'est ça le point de dérégulation : c'est l'absence de couplage par diminution de granulomètrie !
Anonyme a dit…
Entre la massification et la granulométrie fine, il doit y avoir de la place pour une nouvelle écologie du regard. Cela passe par un deuil, mais derrière, il ya sans doute de l'espoir.
http://anoptique.com
Anonyme a dit…
Voir surtout:
http://anoptique.com/wiki/ConceptAnoptisme
florence Meichel a dit…
Je me posais justement cette question : Il va peut-être falloir se pencher sur un nouveau niveau de régulations qui englobe le virtuel...pas les idées très claires...juste une vision !

il me semble que ça résonne avec anoptique
Anonyme a dit…
ça ne peut guère être autre chose qu'une autorégulation, mais cela requiert un putain d'acte de foi;-)
LazyLearner a dit…
Ceux qui ont le pouvoir d'arreter le train ne veulent pas prendre cette responsbilite pour de multiple raisons.
Il sait que les passagers ne veulent pas etre en retard, certains rouspetent meme qu'il devrait rouler plus vite. S'il arrete le train il devra s'expliquer longuement sur les raisons de ce choix. Apres tout pourquoi ralentir? C'est deja passe au travers tant de fois, et si il y a un accident il peut dire qu'il n'avait pas vu le mur ou que la fenetre de la loco ne pouvait pas lui permettre de juger que le mur etait bien sur la voie.

L'anoptisme est-il une consience de l'intelligence collective? Si oui il y a forcement une inconscience qui se developpe et deforme l'objet conscient.

L'intelligence collective est la somme d'echantillons d'intelligences individuelles (produits par les intentions) plus leurs interactions. Et meme si certains passagers etaient bien conscients du danger imminent dans le train ca n'a pas suffit a l'arreter. Seule l'intention collective pourrait le faire.
florence Meichel a dit…
A lazylearner : vous me faites penser à Tocqueville ! :-)

L'approche anoptique soutend un processus d'individuation à grande échelle...ce que Tocqueville avait mis de côté ! C'est là dessus que je travaille ! :-)
Anonyme a dit…
LazyLearner: "
L'anoptisme est-il une consience de l'intelligence collective?"

J'y verrais plutôt la reconnaissance d'un double inconscient (ou d'une double inconnaissance) à source de l'émergence: celui du "code de fuite" (au sens précisé sur http://perspective-numerique.net) et celui de l'envers du système d'information (tout ce qui n'interagit pas à travers lui).
La reconnaissance de cette inconnaissance est à mon sens une nouvelle blessure narcissique que l'Humanité est obligée de s'infliger pour avancer d'un cran.
Manza a dit…
LazyLearner semble en savoir beaucoup et aurait sans doute beaucoup à nous apprendre. Il est seulement un peu difficile à comprendre - du moins à mon niveau. "Encore un effort..." ;-)