01 septembre 2008

Education : Collectivement, nous sommes irresponsables et dangereux pour nos enfants

L'inertie des systèmes éducatifs d'aujourd'hui et les logiques déresponsabilisantes de contrôle de masse qui les animent (Illich) mettent en péril les compétences vitales des gens qui les subissent !

Pour nous donner bonne conscience, nous feignons les changements : EPN, réformes par ci, réformes par là...mais les paradigmes restent...RIEN NE CHANGE si ce n'est les apparences !

Si nous indexions le système des retraites et salaires sur des critères d'engagement et de contributions à la construction de l'avenir, nous aurions de sacrées surprises !

Éthiquement et humainement parlant, continuer ainsi est inacceptable...nous nous rendons collectivement coupables de délits de manquements éducatifs !

Les missions éducatives ont grand besoin de prendre de la hauteur...le citoyen de demain sera un META-CITOYEN ! le niveau de complexité qu'il aura à traiter dépassera largement ce à quoi nous sommes confrontés aujourd'hui...nous portons la responsabilité de l'y préparer et dans ces contextes émergents, Apprendre à apprendre devient une aptitude de VIE au monde avec les autres !

2 commentaires:

Patrick Yeu a dit…

Je recommence et essaie donc de reconstituer le commentaire que blogger vient de ne pas enregistrer...

Je disais donc qu'à l'échelle où les choses nous traitons les choses aujourd'hui, les termes, opérationnels hier, deviennent trop générique pour être efficaces. L'éducation scolaire en fait partie.

Cela dit, dès lors que l'on s'intéresse à telle ou telle forme de pédagogie, il semble bien que les termes soient et demeurent opérationnels.

Quant au méta-citoyen, j'ai de plus en plus le sentiment que ça relève de l'injonction de la grenouille qui voulait se prendre pour un bœuf !

L'enjeu n'est pas tant de sauver le monde ou même que l'humanité que la vie et la vie, pour les êtres humains, c'est ce qui fait leur proximité quelles que soient les influences que celles-ci subie. L'intégration de l'homme porte moins sur celle avec les autres homme qu'avec la nature qui l'entoure. Alors, et seulement alors, il sera possible de passer à une intégration des hommes dans leur environnement qui comprend les autres hommes et leur proximité.

L'homme et la femme de demain ne seront pas des sur-hommes ou des sur-femmes. Contentons-nous d'espérer qu'ils restent humains et leurs enfants aussi.

florence Meichel a dit…

je crois que nous parlons de la même chose : meta est à prendre au sens de reliance étendue !