Web 2.0 : Pour qui sont ces sifflets qui sifflent sur nos têtes ?

Internet-actu à propos des sites sociaux :
"Les réseaux sociaux ont cette particularité d’organiser, d’encoder les relations, donc d’en rendre le fonctionnement suffisamment explicite pour qu’il se traduise en programme informatique (en “lignes de code”, qui sont en quelque sorte les composantes élémentaires du code social qui les tisse)(...) Les réseaux sociaux nous offrent de jongler avec ces codes devenus explicites, donc reprogrammables.”

Question : quelles sont les raisons qui motivent cet intérêt pour l'explicitation des codes sociaux ?

Transnets
" Albert-László Barabási, l’auteur connu de Linked , m’avait déclaré lors d’un entretien réalisé par courriel en 2002: “De nombreux processus dynamiques ont lieu le long des liens; les comprendre est la prochaine frontière de la recherche en matière de réseaux.”"

Question : Qui cherche à comprendre et maitriser les processus en jeu dans les sites sociaux et pour quoi faire ?

Marianne Mikko : nouvelle bête noire des blogueurs européens
"Selon le site du Parlement européen, un blog est un "outil d’expression libre et interactive", sur lequel les internautes peuvent laisser des commentaires. L’article explique qu’un blog peut poser des problèmes légaux, liés à la propriété intellectuelle ou à la vie privée. En outre, ce moyen d’expression peut être utilisé dans certains cas comme "un instrument puissant de lobbying", selon le Parlement. Marianne Mikko propose donc d’agir pour rendre la blogosphère plus "transparente". L’objectif est de répondre notamment aux problèmes que peut poser l’utilisation de vidéos et de photos personnelles des utilisateurs pour le respect de la vie privée des citoyens et des personnalités publiques. Pour le PE, une surveillance est indispensable pour que le public "garde confiance dans les blogs".

Question : La transparence semble être l'arbre qui cache la forêt ?

YouTube sommé de transmettre à Viacom les logs de ses utilisateurs
"Un juge fédéral de New York vient d'accepter la demande du groupe de médias, qui cherche à obtenir les identifiants d'accès et adresse IP des internautes ayant visionné ou posté des vidéos sur YouTube.
La décision a été rendue dans le cadre du procès intenté depuis 2007 par Viacom à l'encontre de la plate-forme de partage vidéo pour violation de copyright. Il veut prouver que des vidéos lui appartenant ont été publiées sur YouTube. Viacom va donc pouvoir accéder aux 4 téraoctets de base de logs du site vidéo."

Question : Quelles éthiques politiques et citoyennes vis à vis des sites sociaux et de leurs acteurs ?

La question s'impose d'autant plus au regard de cela
"L’information a été délivrée par le New York Times du 28 juin, puis reprise par son confrère britannique The Guardian. Dans un entrefilet, lemonde.fr confirme en précisant que la France, qui vient de prendre la présidence de l’UE, soutient ce projet. Ces données ne sont pas anodines. Transactions par cartes bancaires, voyages à l’étranger ou encore les habitudes de navigation sur internet sont au cours de cet accord.

Si le diable se cache dans le détail, il se dissimule aussi dans des accords entre autorités auxquels on se garde bien de donner la moindre publicité. Et pour cause. Il y a bien un avant et un après 11-Septembre 2001. En termes de libertés publiques au moins.

Depuis cette journée noire, la guerre contre le terrorisme permet de justifier des atteintes plus que conséquentes aux droits fondamentaux qui constituent le cœur de nos démocraties. Si l’on passe sur les dérives les plus criantes, du type de Guantanamo, qui touchent les individus suspectés « d’intelligence avec l’ennemi », force est de constater que l’emprise sécuritaire tend à s’étendre au brave citoyen ordinaire."

Commentaires