Eben Moglen : “Le droit à l’oubli est la prochaine frontière”

Un autre point de vue intéressant sur la question des éthiques 2.0
Extrait choisi :
Les ennemis de la communication ont de tout temps existé : qui contrôle l’esprit et les destinées des gens ? Le mouvement visant à “libérer” les technologies est la seule façon d’éviter que nous en arrivions à être contrôlés par la technologie. Les moteurs de recherche savent déjà ce qui m’intéresse, voire ce que je désire, et cherchent aussi à prédire mes comportements ; si l’on y rajoute des technologies comme le GPS, la vidéosurveillance, etc., on aboutit à une main-mise potentielle qu’aucun des états totalitaires du XXe siècle n’a jamais atteint.
Les “logs” et la collecte des données sont la grande ruée vers l’or du XXIe siècle. Et nous avons besoin de logiciels libres pour protéger la vie privée des internautes. Car les principaux bénéficiaires de ce genre de fouille de la réalité sont aujourd’hui les compagnies privées, qui cherchent à cibler leurs publicités à destination des consommateurs.
Mais que se passera-t-il lorsque l’Etat trouvera habituel d’acheter des données pour “profiler” les jurés, les étudiants, les salariés, les enfants… ? Et que se passerait-il si l’on commence à l’appliquer aux électeurs, afin de distinguer ceux qu’il conviendrait d’attirer hors de la ville, et ceux qu’il faudrait plutôt maintenir à demeure, le jour des élections ?
Nous ne mesurons pas encore l’ampleur des problèmes sociaux qu’entraînera la fin de l’oubli. C’est la prochaine frontière, la prochaine étape, après le droit à la cryptographie, et la révolution du logiciel libre.

Commentaires