Paradigmes en construction !

Je rebondis sur le commentaire de François Guité :

"la généralisation est une activité fondamentale de l'esprit. L'induction, l'analyse, la simplification, la schématisation, le résumé, l’holisme, pour ne nommer que ceux-là, sont des opérations essentielles de la pensée. Cela est d’autant plus vrai dans une perspective de diversification, de flot d’information et de compréhension générale. La pensée doit être globale du point de vue de la compréhension, mais spécifique dans l’application. Nier la généralisation, dans son rôle d’analyse et de compréhension, c’est s’exposer au piège de l’exception."

Des questionnements surgissent à la lecture de ce commentaire, je les note ici en point de repère :

Pourquoi voir le singulier comme un piège ? Pourquoi le singulier en couplage au monde ne deviendrait-il pas un principe d'organisation global et social ? Pourquoi l'exception ne deviendrait-elle pas la règle ? il me semble que c'est un attracteur étrange que l'on retrouve à tous les niveaux du vivant et qu'il fait de plus en plus sens commun ? J'ai l'impression que l'on est ici au cœur du sujet et que ça un rapport direct avec le concept d'énaction ? est-ce que ce n'est pas, d'une certaine manière, ce qu'énonçait Michel Serres dans son concept d'égocratie ?

Autour de ces questions, on voit se dessiner des différences de représentions du monde...c'est passionnant de pouvoir mettre des mots sur cette construction !

Commentaires

Patrick Yeu a dit…
Coucou Florence,

Ce n'est pas fromage OU dessert. C'est fromage ET dessert.

Ce n'est pas le général contre le particulier mais le particulier en même temps que le général...

Notre problème actuel, c'est de ne pas parvenir à concevoir le fromage /dessert(celui des hommes)et il pourrit la vie et tue l'avenir de tout le monde animé (dont moi et, a priori, toi aussi,) et inanimé !