Education 2.0 : un produit de consommation ?

Illich disait que l'école nous enseigne le besoin d'être enseigné, faisant par la même de l'éducation un produit de consommation et créant des systèmes de dépendance aux institutions !

Diffuser le Web 2.0 sans projet de société relève de la même logique, me semble-t-il : c'est cela qui me gène terriblement ! On crée un besoin artificiel, et on rentre dans un logique de consommation pure...la paradigmes et le sens ne sont pas questionnés...le besoin n'émerge pas : il est imposé !

Pour moi, le web 2.0 questionne notre rapport à l'autorité et à la responsabilité individuelle et collective...et cette dimension politique du web 2.0 est fondamentale pour avancer...l'un sans l'autre : le web 2.0 n'est rien de moins qu'une façon moderne de nous aliéner !

Commentaires

Patrick Yeu a dit…
"Pour moi, le web 2.0 questionne notre rapport à l'autorité et à la responsabilité individuelle et collective...". Ce n'est pas la fonction des outils ni des moyens. Il détermine les rapports de chacun aux savoirs et aux pratiques. L'outil est éthique. Ce n'est pas son rôle d'être, en soi, une machine de guerre. Le faire, c'est se tromper non pas d'objectifs, mais d'objet. Il y a là le même dévoiement des outils que celui qui a fait de la fourche l'arme des sans-culottes. Le débat, ce n'est pas le web, c'est le sens que l'on veut donner ou qu'il faut donner à la société... Enfin, c'est mon point de vue ;o)
florence Meichel a dit…
Pas d'accord avec toi, le web prend sa place dans la réflexion car il rend justement possible une certaine vision de la société mais il ne prend pas toute la place...il n'est pas un but en soi ! on est d'accord là dessus...faudra que tu m'expliques ce qu'est un outil éthique ??????? pour moi, l'outil n'est éthique qu'au travers d'un usage...m'enfin !