Education et complexité

Blogue du RAEQ:

"Si le caractère social du savoir lui donne un sens, l’affectivité lui donne vie. D’où l’importance de concevoir l’éducation non comme un cloisonnement des sujets et des matières, mais comme une écologie de l’être. Les connaissances et les compétences ne constituent que des bribes d’apprentissage si on ne sait pas les situer dans un réseau dynamique de conceptualisation par rapport à l’ordre global des choses."

Voilà notre défi : apprendre à "bien penser", à agir et penser en "reliance " !

Commentaires

Snoopy a dit…
L'éducation en soi, comme quasi "discipline", est un quasi non sens. Eduquer, c'est apprendre la vie. Encore faudrait-il avoir une vie à proposer ! C'est à cela que l'institution devrait passer son temps. Elle n'en a ni l'ambition, ni les moyens. Alors, elle s'occupe d'elle-même... Reste donc à lui communiquer l'envie d'aller plus loin.
florence Meichel a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
florence Meichel a dit…
Pas d'accord avec ça !
La fonction de l'école n'est pas de proposer une vision absolue du bonheur mais d'accompagner sa construction sur le plan individuel et colectif : c'est tout ce qui fait la différence entre la morale et l'éthique ....et je me situe résolument dans une approche ETHIQUE des processus pédagogiques ! Il y a ici une dimension très politique en jeu puisqu'elle convoque la façon dont nous concevons l'Avenir ! La responsabilisation de chacun et de tous passe à mon sens par cet accompagnement ! Sinon on continue à faire toujours plus de la même chose avec les impasses que l'on connait !

A moins, et c'est là ou je te rejoins, de proposer comme vision d'avenir la démocratie directe ou les acteurs deviennent pleinement co-responsbales et co-auteurs de leur vie au sens large !
florence Meichel a dit…
A snoopy : Une meta vision en quelque sorte ! :-)
florence Meichel a dit…
Une meta vision qui rejoint d'ailleurs notre pertinence au monde comme visée éthique !