Articles

Affichage des articles du juin, 2007

Violence à l'école : le système est violent et nous en sommes complices !

Blogue du RAEQ - Le tiers des ados en ligne victimes de cyberbullying:

Extrait de ce billet :

"L’école ne serait pas si violente si elle cultivait la coopération avant la compétition. Les bollés ne survivent pas tous à la loi de la jungle. Les plus vulnérables se suicident, d’autres cherchent à fuir (The Guardian : Home schooling ‘triples in eight years’; New York Times : Help for the Child Who Says No to School). Cela fait des gestionnaires et des éducateurs des complices.

Paradoxalement, les élèves doués pourraient tant aider leurs camarades. Si seulement on pouvait se débarrasser de ces satanées notes qui sèment la jalousie. Ne nous leurrons pas : le système scolaire est d’abord et avant tout une curée pour les notes. Certaines formes d’évaluation sont indispensables, mais trop de sel gâte la sauce, tout comme il avive les plaies."


Je vous avouerais que j'ai eu des frissons en lisant ce billet tellement j'adhère au point de vue de François Guité ...notamment sur l…

Education 2.0: la fin des écoles ?

Transnets » Blog Archive » Éducation 2.0: la fin des écoles?

Oser écrire “éducation 2.0″ c’est prendre le risque de se voir taxer de visées marketing fumeuses. Dommage car le monde de l’éducation est aujourd’hui secoué par une véritable lame de fond qui tire beaucoup des concepts pratiques et des outils de web2.0.

Des réseaux apprenants d'un nouveau genre se multiplient et viennent heurter les systèmes établis.
Wiziq , Sutree , Helpfulvideo , Sclipo et Tutorom , pour n’en citer que quelques unes ont en commun des points qui méritent réflexion:

- Les services sont généralement ouverts et gratuits. L’accès aux savoirs n’est plus le monopole des institutions ou organismes accrédités. Il se décentralise.
- Chacun peut y devenir formateur de l’Autre (et inversement) au travers de différents processus (production de tutoriaux sous différents formats, échanges, coopération, tutorat…) Pour les définir, on évoque souvent la notion de « formation de pairs à pairs ».
- Les règles de fonctionn…

Education 2.0 et résistances au changement (suite)

Agrandir le cercle des férus du «Web 2.0» Mario tout de go

Je rebondis sur la remarque de mario : "On doit leur faire oublier l’aspect technologique des changements proposés et insister sur les façons plus efficaces d’échanger de l’information et de collaborer.

A mon avis, ici et ailleurs, la vraie question est une question de sens : pourquoi échanger et collaborer ??????? quel est le sens, le projet de société porté par les acteurs ?????? Les Technologies ne sont pas une fin en soi !

Education 2.0 et résistances au changement...une question de sens !

Blogue du RAEQ - 3 caractéristiques des TIC pour apprendre

Selon François Guité : "L’implantation des nouvelles technologies en éducation se bute aujourd’hui à une perception de complexité qui exacerbe la résistance au changement. "

Je crois surtout que le web 2.O est compliqué ( ce qui d'ailleurs est différent de complexe...Merci Michel :-) )lorsqu'il n'a pas de sens pour ses utilisateurs et lorsqu'il ne correspond pas à un besoin : le web 2.0 : c'est des outils performants au service de projets...on a un peu tendance à l'oublier...le web 2.0 n'a pas de sens pour lui même !

Nouvelles technologies : un peu de recul avec Michel Serres

)i( interstices - Les nouvelles technologies, que nous apportent-elles ?

Je viens de passer un moment à écouter Michel Serres !

Quelques pensées choc :
- Avec les nouvelles technologies, qui perd gagne !
- Les NT correspondent à une externalisation des fonctions du vivant : cela nous libère d'écrasantes obligations et nous condamne a devenir intelligent !
- Chaque fois qu'on a perdu, on a gagné quelque chose qui est à 'étage au dessus de ce que l'on a perdu !
- Les processus éducatifs classiques de formatage absolu ne sont plus pertinents par rapport à l'espace de liberté que représente le web

ECOUTEZ !

Education 2.0 : un produit de consommation ?

Illich disait que l'école nous enseigne le besoin d'être enseigné, faisant par la même de l'éducation un produit de consommation et créant des systèmes de dépendance aux institutions !

Diffuser le Web 2.0 sans projet de société relève de la même logique, me semble-t-il : c'est cela qui me gène terriblement ! On crée un besoin artificiel, et on rentre dans un logique de consommation pure...la paradigmes et le sens ne sont pas questionnés...le besoin n'émerge pas : il est imposé !

Pour moi, le web 2.0 questionne notre rapport à l'autorité et à la responsabilité individuelle et collective...et cette dimension politique du web 2.0 est fondamentale pour avancer...l'un sans l'autre : le web 2.0 n'est rien de moins qu'une façon moderne de nous aliéner !

Quel sens pour l'école aujourd'hui ?

Blogue du RAEQ - Moyenne, conflits de valeurs et «lologue»!

Je crois que le débat du billet en question prendrait une autre dimension si nous posions les questions de fond dont tout cela relève : Quelle vision avons nous de l'avenir et quel est le sens de l'école dans cette perspective ?Tout le reste en découle !

Tous ces commentaires pointent des angles de vues différents et qui ont chacun une logique ! Leur mise en cohérence demande à mon sens un recadrage vers un méta niveau, qui dépasse largement le système scolaire !

Le projet est avant tout politique et la visée est le droit a l'existence pour chacun !

Saurons nous relever ce défi ici et ailleurs ?

La formation des enseignants en question

Blogue du RAEQ - Ensemencer la réforme chez les futurs enseignants

Je relaie le billet de François Guité concernant le très bon travail réalisé par Lyonel Kaufmann : au travers d'un blog, il a engagé avec ses étudiants un travail réflexif et épistémologique sur les pratiques enseignantes ! C'est, à mon avis, une excellente démarche pour acquérir un sens critique et constructif vis à vis des pratiques pédagogiques : je vous invite à aller visiter ce blog qui mérite votre attention...et vos commentaires ! :-)

Education et complexité

Blogue du RAEQ:

"Si le caractère social du savoir lui donne un sens, l’affectivité lui donne vie. D’où l’importance de concevoir l’éducation non comme un cloisonnement des sujets et des matières, mais comme une écologie de l’être. Les connaissances et les compétences ne constituent que des bribes d’apprentissage si on ne sait pas les situer dans un réseau dynamique de conceptualisation par rapport à l’ordre global des choses."

Voilà notre défi : apprendre à "bien penser", à agir et penser en "reliance " !